Régime de retraite

En 1963, l’industrie de la construction se dotait d’un régime de retraite. Limité à quelques régions, il fut par la suite étendu à l’ensemble du Québec et à la totalité des métiers et occupations de notre industrie.  

Il fut probablement l’une des premières caisses de retraite multi-employeurs en Amérique du Nord permettant ainsi à des milliers de travailleurs de se constituer un régime de retraite malgré leur mobilité au sein d’un grand nombre d’employeurs tout au long de leur carrière.  

Le régime de la construction n’a jamais cessé d’innover. Il a su s’adapter aux nouvelles réalités. Depuis le tout début, le Local 144 y joue un rôle prédominant. Encore aujourd’hui, nous assumons un rôle de chef de file et sommes sans nul doute le syndicat s’impliquant le plus dans la gestion des régimes d’avantages sociaux dans la construction.

Une évolution constante

En 1969, l’actif du régime de retraite atteignait à peine 50 millions $. À la fin de 2008, il s’élevait à 9,9 milliards $. Au cours de cette seule année, les travailleurs y ont versé 243 millions $ et leurs employeurs 461 millions $. En 2014, le régime de retraite terminait avec un actif de 17,9 milliards $. 

Toujours au 31 décembre 20114, le régime versait une rente à plus de 90 000 personnes et comptaient 162 387 travailleurs actifs. 

Les cotisations

En 1971, le taux de cotisation au régime de retraite équivalait à 2 % du salaire. Depuis, ce seuil a été largement dépassé. Pour connaître les taux en vigueur, cliquez sur les liens suivants:

Le fonctionnement du régime: des changements importants depuis quelques années

Le régime de retraite a subi plusieurs changements depuis sa création, particulièrement à la fin des années 1980, au début des années 2000 et plus récemment en 2014, avec l'arrivée de la retraite progressive.

La création d’un compte complémentaire

Par exemple, en 1988, les tuyauteurs et soudeurs en tuyauterie décident d’investir davantage dans leur régime de retraite en se créant un compte complémentaire à cotisations déterminées.

La création de ce compte leur permettra d’amasser des sommes additionnelles qui leur permettront de se doter d’une rente supplémentaire dont le montant sera déterminé au moment où ils prendront leur retraite.

L’abaissement de l’âge de la retraite à 55 ans

En 1989, à la suite des négociations, les travailleurs obtiennent l’abaissement de l’âge de la retraite à 58 ans. En 1991, à nouveau, cet âge sera abaissé à 55 ans. 

Depuis 2005 : les cotisations s’accumulent seulement dans le compte complémentaire

À partir de 2005, à la suite d’un déficit de plus de 2 milliards $, le régime subit une transformation majeure en devenant un régime à cotisations déterminées.

Jusqu’en 2004, le régime de retraite était constitué d’un compte général à prestations déterminées et d’un compte complémentaire à cotisations déterminées. Les cotisations de l’employeur étaient entièrement versées au compte général. Quant à celles du travailleur, un montant de 0,80 $ l’heure était versé au compte général. Le reste était envoyé au compte complémentaire. Au moment de la retraite, le travailleur voyait sa rente constituée d’une rente provenant du compte général, additionnée d’un supplément de 12,5 % et d’une autre rente provenant de son compte complémentaire.

Depuis 2005, les cotisations du travailleur sont entièrement versées dans son compte complémentaire ainsi qu’une partie de la cotisation de l’employeur. L’autre partie de la cotisation de l’employeur sert à financer le redressement du régime de retraite à la suite du déficit. Quand celui-ci sera comblé, cette part de la cotisation patronale sera versée dans le compte complémentaire de chaque travailleur. Ainsi, il n’y aura plus aucune cotisation envoyée dans le compte général. Au moment de la retraite, le travailleur, qui n’a jamais contribué au compte général, soit celui ayant commencé à travailler sur les chantiers à compter de 2005, recevra une rente qui sera calculée au moment de sa retraite selon les sommes accumulées tout au long de sa carrière dans l’industrie.  

Les ententes de réciprocité

Le Local 144 a été le premier syndicat à signer des ententes de réciprocité afin que ses membres qui vont travailler sur des chantiers syndiqués au Canada et aux États-Unis puissent rapatrier au Québec les cotisations versées dans d’autres régimes d’avantages sociaux.

Dès le milieu des années 1970, le Local 144 intervient et facilite la conclusion de telles ententes entre la CCQ et notre association internationale. Actuellement, plus de 130 locaux de l’Association Unie ont une entente avec la CCQ ce qui permet aux membres du Local 144 travaillant sous ces autres juridictions de ramener au Québec les montants d’avantages sociaux accumulés dans ces différents endroits. Des millions de dollars ont pu ainsi être ramenés au Québec par les membres du Local 144.

Le Local 144 a participé étroitement à tous ces changements. Pour nous, les avantages sociaux ont toujours été et demeurent une priorité afin d’assurer la sécurité économique des travailleurs que nous représentons.

La retraite progressive

Après des années de discussions, l'entrée en service d'un nouveau logiciel permet depuis juillet 2014, aux travailleurs qui se qualifient, d'opter pour une retraite progressive.

De nouveaux défis

La situation économique dans la première décennie des années 2000 a ajouté des pressions importantes sur notre régime de retraite. Les rendements espérés n’ont pas été au rendez-vous et nous avons été aux prises avec un important déficit. Des mesures mises en place en 2004 nous ont permis d’amortir les impacts, mais si beaucoup a été fait, il reste encore un peu de chemin à parcourir pour compléter le redressement de notre régime. Quand cette étape sera complétée, notre régime sera solide et pourra plus facilement affronter d'autres tempêtes.

Service d'accompagnement et de conseil

Vous songez à prendre votre retraite d'ici quelques années ou très bientôt, le Local 144 peut vous aider à mieux évaluer les options qui s'offrent à vous. N'hésitez pas à prendre rendez-vous pour venir consulter seul ou avec votre conjointe notre spécialiste en avantages sociaux. Il vous expliquera vos différents choix et vous orientera sur leurs différents impacts. Ce service est gratuit et peut vous éviter bien des erreurs coûteuses. 

Dernières nouvelles

Liens utiles

Calendrier
Une force en action depuis plus de 100 ans